2 février 2014

Comment je suis devenue Maman

En voilà une question farfelue ! En général, c'est dans l'ordre des choses, n'est-ce pas ? On rencontre l'homme de sa vie, on se marie, on s'installe, et bébé arrive après. Façon Disney, cela donne : il se marièrent, eurent de beaux enfants et vécurent heureux. Mais voilà. Walt a oublié certains épisodes ! Pour moi, la love story a été différente… enfin comme dans la vrai vie quoi. J'ai rencontré des hommes, mais pas pour la vie ;-). Je ne me suis pas mariée ni l'ambition de l'être. Je me suis installée dans un appartement que j'ai aménagé pour moi. Je me suis amusée avec mes copines célibataires (comme moi) et sans enfant (comme moi). Et je me préparais (depuis ma rupture à l'âge de 37 ans) à ne peut-être jamais avoir d'enfant…et oui trop tard ma chérie ! Donc, quand le soir de mes 40 ans, j'ai rencontré mon amoureux, et que 4 mois plus tard, je découvrais avec ahurissement -"Oh joie, oh désespoir"- dans les toilettes pour "Femmes" au bureau que j'étais enceinte, je peux vous dire que je n'en menais pas large. Et là tout s'est enchainé ! Nous aménageons avec mon amoureux mon appartement pour 3 (ou 4 car mon amoureux à une ravissante petite fille). Je découvrais l'ambiance des échographies et les heures interminables dans la salle d'attente de mon gynéco-obstréticien. Je devenais une experte en puériculture. Me régalais de mes soudaines fringales. A la surprise générale, je me mets au tricot, à la cuisine, à la pâtisserie -sans grand succès hélas ! Je découvre les affres des contractions pendant des heures et arrive enfin un petit être qui -sous l'effet de la péridurale?- ressemble à une énorme grenouille de 2,4 kg. Et voilà, je suis devenue maman le 13 septembre 2011. Il s'appelle Adam et je l'aime plus que tout. Ce furent des moments incroyables. Je pense ne pas avoir vraiment réalisé ce qui m'arrivait à ce moment là. Mais j'avais une nouvelle mission : assurer la sécurité, le bien être, et le bon développement de ce petit bonhomme. Les 5 premiers mois furent terribles. Nuits interrompues toutes les 3-4 heures jusqu'à ses 5 mois. Crises du soir de Mr A. jusqu'à ses 3 mois. Préparation des biberons, lavages des biberons, cycles de machine à laver, préparation du sac et matériels à chaque déplacement -qu'il soit pour 1 heure ou pour un week-end. Angoisse à chacune de ses régurgitations, impuissance et culpabilité face aux pleurs de Mr A. qui eu de terribles coliques (merci au lait végétal qui a supprimé ses douleurs atroces). Je me souviens encore de ses longues journées enfermée à la maison (et oui Mr A avait décidé de naître en hiver), à braver sans succès ses larmes et ses cris. Allô maman, tu peux venir ? Je me souviens aussi des heures à surfer sur internet à la recherche de la recette ou de la méthode miracle (merci aux forums et aux mamans qui m'ont aider et rassurer). Puis vint le moment de reprendre le travail. Alléluia ! Enfin, j'allais voir des personnes, parler, confier les cris et pleurs de mon bébé à quelqu'un de plus expérimenté, stimuler mon cerveau sur autre chose que  les biberons, les heures de repas, les couches, les gouzi-gouza…et autres merveilles de la maternité. Que neni ! Car, après une journée intense de travail, lorsque je rentrais chez moi, ce n'était plus le temps de l'apéro, mais le temps pour se consacrer à mon bébé d'amour que j'avais eu hâte de retrouver, de lui donner son bain, préparer son repas, le mettre au lit, diner, lancer une machine, laver les biberons, ranger, préparer son déjeuner du lendemain…. et enfin, me poser sur le canapé, vider de toute énergie, et m'endormir devant la télé (ce n'était pas très glorieux, mais c'était bon!). Et oui mesdames, devenir maman c'est aussi ça. Etre parent est une aventure extraordinaire, et comme toute aventure, elle a ses risques, ses difficultés et ses incroyables instants de bonheur. Donc, n'hésitez pas, gardez espoir, ne vous précipitez pas, ne croyez jamais qu'il est trop tard, et ne désespérez jamais. Dites-vous que lorsque vous aurez des moments difficiles, ces moments là ne sont que passagers, ne durent jamais…comme les douleurs de l'accouchement, on les oublie :-) Et vous, comment avez-vous vécu vos premiers instants de mère ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire